IL ETAIT UNE FOIS EN AMERIQUE                                                 

Il_etait_une_fois_en_Amerique

                                  SERGIO LEONE / ROBERT DE NIRO              

 

 

 

 

 

Bande annonce - Il était une fois en Amérique (VF 1984) [RARE]

 

 

Il Était une Fois En Amérique - Version Longue (VF)

                                                                         

                                                                               

 

                                                                             

 

 

 

 

 

 

 

                                          

 

                        

 

     

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                 

                                                                       

                                                                                 

 

                                                                               

                                                                                                     

 

                                                                                                                                                                     Au début des années du 20E siècles NOODLES ( ROBERT DE NIRO ) traîne toujours avec ses copains et vit de petit larcin jusqu'au jour ou MAX (james woods) arrive et se lie d'amitié avec NOODLESS et sa bande. Lorsque il arrivent a créer et a vendre leurs idées a un mafieux pour la somme de un millions de dollars COMMENT récupéré leurs marchandise jeter a l'eau. Les jeunes sont riches et font un pacte éternelle ou les cinq jeunes jurent de mettre 10%  de leurs butin dorénavant. malheureusement le petit DOMINIC n'aura pas cette chance, il sera tuer par le caïd du     coin, dans le dos c'en est trop pour NOODLES qui attend le bon moment pour bondir et tué le soit disant caïd mais des policiers monté arrive vite pour arrêter NOODLES  qui lui croit que ce sont des hommes de mains du caïd et tue accidentellement un policier et en blesse un autre. Ce qui vaut a NOODLES la prison FERME................................                                                                               leurs chemins les séparent, mais les réunit dans les années 1920, l'époque de la prohibition où ils règnes en maître sur le quartier  du LOWER EAST SIDE. Mais la trahison va les séparer a NOUVEAUX. La disparition de SERGIO LEONE en 1989 fait que ce film sera sa dernière réalisation bouclant sa trilogie (IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L'OUEST (1969) IL ÉTAIT UNE FOIS LA REVOLUTION (1972) et IL ÉTAIT UNE FOIS EN AMERIQUE (1984) consacrée a l'Amérique par un pur chez d'oeuvre aujourd'hui qui fait figure de valeur de testament. un chez d'oeuvre ou l'intrigue est assez sophistiquer, mêlant le présent et le passée, les souvenirs de l'histoire, l'ambition et l' AMOUR, le crime et la politique.                                                                                                                                                              

                                                                             

 

 

 

 

 

 

                                                                       

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                 

 

 

                                                                             

 

 

       

 

 

 

 

NATHAN AARONSON dit "NOODLES" reviens a New-York après une très grande absence de 30 ans, les flash backs reviennent se souvenant de sa jeunesse , de la bande de gamins dont il faisait partie avec son ami MAX et les autres, de l' ascension  dans le milieux de la pègre, de DEBORAH  son premier et unique amour qui c'était détourné de lui pour sa carrière d'actrice et surtout pour cet trahison qui lui a valu toutes ses années de vie clandestine loin d'ici( mais le moteur a l'origine de cela n'est pas du tout la faute qu'il a toujours crue qui étais la sienne ) .                                                           Par leurs CARACTÈRE entiers, leurs envies de sortir de leurs milieu social et de leurs rêve de réussites, les enfants semblent être le moteur du récit, alors que l âge adulte n'est plus qu'un simulacre. NOODLES à perdu toutes ces illusions concernant les amis, l'amour et la réussite.                                                                                                                                                                                                                                                          

                                                                       

 

 

 

 

                                                       

 

 

                                                                         

 

 

                                                                             

                                                                       

                                                               

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       CE regard désenchantée  et aussi celui de SERGIO LEONE qui nous raconte le sacrifice des valeurs de l'enfance et de l'adolescence : la fidélité et la croyance en amitié comme l'amour - Dans l'une des dernières scènes, ont voit dans le même plan, NOODLES, en 1968 et deux voitures des gens qui fêtent la fin de la prohibition de 1933. NOODLES choisie l'époque ou il veut vivre et va se réfugier rajeuni, dans la fumerie d'opium de 1933, la ou tout commence le film.                                                 Le tournage de cette magnifique fresque, qui se déroule sur une soixantaine d'années, durera un an de juin 82 a mars 1983. Le tournage se déroulera à cinécitta en décors réel dans le quartier du lower east side . Ce dernier film de leone est son plus pessimiste est le plus noire.Son personnage principal à était trompé, et manipulée toute sa vie,et il s'en rend compte a l'aube de sa mort. ENNIO MORRICONNE  COMPOSE UNE PARTITION a l'image du film, bouleversant, nostalgique et       pathétique  comme le secret que renferme la mort de ses amis.                                                             Ce récit de la vie ratée( après avoir briller en affaires ) du gangster NOODLESS reconstituant un puzzle de flash-back, le NOODLESS vieillie revit son passée a travers une partie de l'histoire du New-York ou s'inclut, la prohibition bien avant 1933      AVOIR                                                         Tout commence avec une invitation (avec un faux nom).NOODLESS est contacter au sujet du déménagement du cimetierre ou sont enterrées ses amis et une invitation d'un sénateur du nom de BAILEY, qui l'invite a une soirée chez lui. NOODLESS ne sachant pas qui est il, curieux, il décide d'élucider le mystère.                                                                                                                                                                                                              

                                                                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                             

 

 

 

 

 

                                                                               

                                                                       

 

                                                                         

                                                                             

 

 

                                                                   

 

 

                                                                                   

                                                                     

 

 

                                                                               

   

 

                                                                       

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        NOODLESS se souvient aussi du coup de téléphone donné par lui même pour éviter un massacre lors d'un hold-up risqué de la fédérale banque central orchestré par MAX. Mais cela n'empécheras pas ses amis  de finir mort sur la chaussé et un corps brûlé méconnaissable.............IL passera le reste de sa vie clandestinement et avoir le poids sur la conscience de la mort de ses amis qu'il ne le lachat jamais et sans avoir mis la main sur la réserve d'un million de dollars qui lui revenait de droit a la mort de ses amis. IL ne la trouvera pas, a la place une valise (la même) avec des journaux.                                 Mais ce que noodless ignore, c'est que sous l'identité du sénateur Bailey se cache tout simplement son ami MAX, ce dernier supposer avoir péri mort avec ses deux autres amis, a pris lui même l'initiative et combiné le massacre et le maquillage d'un autre homme(censé être le sien) avec l'appuie du syndicat des camionneurs et celle de la police elle-même.                                                                        Et il volera le millions de dollars ainsi que celle qu'il avait toujours aimé DEBORAH , il est responsable du triple gâchis de NOODLESS. AMOURS, argent,amitié et la mort de ses anciens amis, toutes ces années gâché par l'ambitieux MAX qui n'aura aucune pitié pour ses amis d'enfance pour accéder a son poste qu'il occupe, mais c'est là ou aussi il est rattraper par la justice et qui rappel NOODLESS pour le prier de l'abattre et en lui rendant son million de dollars qu'il avait retrouver au même endroit ou était la première avec une liasse marquer dessus (pour ton prochain contrat).             Mais  NOODLESS  n'a plus ni amitié, ni gout de la vengeance. Pire, il manifeste son mépris en traitant BALEY avec un froid respect. Ce qui entraîne un bilan personnel  et nostalgique amplement exprimé par la superbe musique de ENNIO MORRICONE, l'amour aussi a étais trahis par                                                                                                                                                                                                                                                                    

                                                                           

 

 

 

 

 

 

                                                                     

 

 

 

 

 

 

 

                                                                               

 

                                                                                                                                                                          DEBORAH qui préféra le métier d'actrice a NOODLESS et qui deviendra la maîtresse de MAX. mais il s'était venger des années plus tôt en la violant dans une limousine ou il avait fait ouvrir le         restaurant que pour eux deux .IL n'appellera jamais MAX , le sénateur BALEY. IL sortira par la porte de derrière en lui disant "j'espère sénateur que vous n'allait pas gâcher le fruit d'une vie" en faisant échos a lui même, car tous avait étais monté de toute pièce par son ex ami d'enfance. C'est sur un gros plan que le générique de fin défile, le NOODLESS de 1933 comme si sa vie s'était arrêter là et si NOODLESS avait imaginer tout cela? .                                                                                                                

 

                                                                         

 

 

                                                                         

 

 

                                                                         

 

                                                                                                                                                                    "LES ENIGMATIQUES SCENE  FINALS.  Après la mort et la résurrection de MAX, le voyage aboutit à un fulgurant court circuit narratif. ont voit dans le même plan en 1968 et deux voitures fétant la fin de la prohibition de 1933, NOODLESS, comme un voyageur du temps, choisit l'époque ou il veut vivre et va se réfugier, rajeunit dans la fumerie d'opium de 1933la fin engendre le début du film, ce qui suffit a suggérer la possible abolition du temps. Au dernier plan DE NIRO s'adresse directement au public  avec un sourire extatique ! si tous n'est qu'illusion alors revivons la plénitude de l'enfance. Avec 45 ans d'histoire Américaine, le film possède une ampleur plus grande encore que d'habitude chez LEONE loin d'être écraser par cette dimension épique combien apparaît curieux, et pour tout dire unique. ...........................                                                                                     L'itinéraire de  SERGIO LEONE/Révélé par les deux genres les plus ignorés ou décriées. Le péplum et et le Western à l'italienne  il a reçu l'hommage, le plus prestigieux festival avec le dernier volet de sa trilogie Américaine. Un film géant aux allures testamentaire : c'est lui qui le disa et cela fut vrai. C'était son ultime film mais encore aujourd'hui en 2014, 30 ans plus tard il                                       reste le film par excellence.              

                                                                           

 

                                                                             

 

 

 

                                                                           

 

 

 

 

 

                                                                     

 

                                                                           

 

                                                               

 

                                                                                                                                                                                                                                             SERGIO LEONE s'est toujours interrogé sur les mythologie nombreuse que le cinématographe sut inventer  pour le plaisir du téléspectateur. Sans cesser de les mettre en crise, il les a revitalisées de manière incontournable. Le véhicule du western était qu'un prétexte excellent a l'identification d'une oeuvre construit sur une articulation entre l'histoire d'un pays ( les u.s.a. ) et les fictions excessives qui en découlaient. Se plaçant sur le terrain du spectacle populaire, il savait que le cinéma Américain était a la base de l'inconscient collectif de la majorité des peuples du monde. Des millions d'image venus d'Hollywood  avaient colonisé notre esprits. Elles palpitait dans notre mémoire, fortes de stéréotypes émouvant et d'imparable poésie. Avec le temps ces icônes de technicolor se muait en fantasme,nourrissant nos rêves. Alors comme le cinéma et l'Amérique était devenu indissociable pour la culture populaire, SERGIO LEONE voulait filmé une fresque qui témoignerait de cet époustouflant adultère                                

 

 

                                                                         

 

 

                                                                 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                           

                                                                       

 

 

 

 

                                                                                               

 

                                                                                 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              Après quinze années d'entêtement et onze ans de silence , il nous offrent "IL ETAIT UNE FOIS EN AMERIQUE" une oeuvre diamant  dont les facettes multiples font miroiter les seules grandes spécificités. déjà, dans les précédents westerns, LEONE déplacer les duels dans le champ du duo d'opéra.Dans IL ETAIT UNE FOIS EN AMERIQUE, il opère une ultime variation du modèle en concluant le dernier acte sur un duel refusé, insistant sur l'image du révolver unique que personne ne saisira. Ce n'est donc plus un duo d'amour, d'amitié ou de haine qui oppose NOODLESS à MAX, mais une impossibilité de communiquer selon un code. Ce refus du point d'orgue cliché hausse l'oeuvre au niveau de la mise en crise des systèmes narratifs habituel. Ainsi le réalisme survient par une sorte d'intimiste inattendu. Les deux protagonistes de ce film représentent les principales               pulsions du modèle Américain. MAX désire le pouvoir et il collabore avec les organisations criminelles ou les syndicats pragmatique et paranoïaque, il veut régner, commander et posséder.         NOODLESS est  un romantique et un anarchiste, torturé par un amour impossible , il se veut marginale et indépendant. Tout deux serons broyer par l'Amérique-poubelle. Max perdre cette vie , NOODLESS , perdras ses rêves. Nous somme bien loin des ambiguité qui dominait les beaux films de COPPOLA. SERGIO LEONE est un européen-se frottant a l'Amérique-il découvre l'ignominie du pouvoir, incapable de rester objectif, il se sent solidaire de NOODLESS. Cela ne veut pas dire qu'il justifie le  banditisme. IL veut lui faire conservé son identité, NOODLESS  est juif qui aime une autre juif,DEBORAH. IL ne souhaite pas devenir un pilier politique de l'Amérique. Le pouvoir ne lui sert que a organiser des mises en scènes, comme celle du restaurant  ou il invite celle qu'il aime. Mais il est déçu de cet amour, tout autant qu'il est de max avec lequel il entretient des relations plus                 amoureuse qu'amicales. DEBORAH veut la gloire et le trouve en partant pour Hollywood, MAX veut la puissance et la trouve en changeant d'identité pour devenir sénateur. A l'issue de ces itinéraires DEBORAH et MAX sont des actes extrémiste n'était que  les ultimes moyens de gardé leurs identités. Tout le temps de sa clandestine vie NOODLESS souffrira de ses deux actes extrémiste et souffrira de ces deux cicatrices à jamais entrouvertes.                                                                                                                                                                                    

                                                                         

 

 

                                                                   

                                                                             

 

                                                                             

                                                                   

                                                                                   

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      En faite, NOODLESS ET MAX sont les deux visages d'une même personnage, fils d'immigré, mais MAX refuse le rêve,donc la vraie vie et noodless n'aime que  l'harmonie hasardeuse  entre la délinquance et le jeu. pour MAX la criminalité est  le moyen de devenir riche respectable et conformiste. pour NOODLESS , c'est le biais nécessaire pour accéder a son rêve le plus cher               deborah..Mais qu'est donc cette DEBORAH selon la représentation que nous en donne SERGIO LEONE. d'abord nous la voyont danser seule épié par le jeune NOODLESS, elle lui avoue son amour et l'impossibilité qu'il s'épanouisse. Ensuite elle deviens star et nous reviendras maquillée, elle ôtera ses fards en une bouillie grotesque jusqu'au moment où le vieux NOODLESS  découvre la vérité.Finalement DEBORAH est le cinéma avec les espoirs et les rêves qu'il donne, les trahisons  qu'il commet en s'alliant au monde du pouvoir et les maquillages qu'il met.le violer n'entraîne pas forcement de relation amoureuse avec lui . Aimer le cinéma c'est souffrir lorsque l'ont veut rester indépendant. Donc NOODLESS aime DEBORAH ( l'art ) et MAX (le pouvoir) il ne peut qu'être victime, tout comme l'était SEAN dans IL ETAIT UNE FOIS LA REVOLUTION et coyotte dans IL ETAIT UNE FOIS DANS L'OUEST . CE dernier volet de la trilogie insiste sur les meurtrissures de ceux qui poursuivent un idéal de rêve. Comme ils ne veulent jamais se venger, il ne leur reste que l'imaginaire.                                                                                                                                                                                                                        

 

                                                                               

 

 

 

                                                                             

                                                                             

 

 

 

                                                                               

                                                                                                                                                                                                                                                        IL est vrai que le plaisir intense qu'on éprouve a la vision d'IL ETAIT UNE FOIS EN AMERIQUE contient quelque chose de triste. SERGIO LEONE  réussit magistralement les scènes de violence,de tendresse, d'humour,et d'angoisse. IL ne cesse de prouver qu'il est l'un des plus grand cinéaste de tous les temps. IL n'interpelle pas seulement le thriller et le mélodrame.De séquence en séquence , il travaille sur la dramaturgie  de CHAPLIN ( scène ou l'enfant mange le gâteau en attendant l'adolescente nymphomane )et sur celle du néo réalisme (toutes les scènes dans le ghetto juif) ainsi il fait la synthèse  de tous ce que le cinéma nous  de plus formidable, mais il semble craindre  que son oeuvre soit un chant du cygne, qu'on se souvienne du final de IL ETAIT UNE FOIS LA REVOLUTION chacun embrassait la femme que SERGIO LEONE indiquait comme étant la révolution que chacun veut aimer. Ici, la révolution est devenue le cinéma. Chacun veut lui faire l'amour mais il s'échappe et se laisse corrompre....................                                                

 

                                                                               

 

 

 

 

 

 

                                                                         

                                                                           

 

 

                                                                           

 

       

                                                                    MÉMOIRE

                                                                                                           

Après  IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L'OUEST, SERGIO LEONE, ne voulait plus faire de western car après celui-ci, il avait en tête " THE HOODS" pour obtenir un engouement plus fort que son précèdent film. Mais le problème c'est que les droits du livre sont détenu par un producteur américain, et les récupérer  va s'avérer très long et compliquer. SERGIO LEONE DEVRA encore dix ans.. Donc en attendant de travaillé sur " THE HOODS" ou un autre projet qui le motive,il va par amitié, se laisser embarquer, dans la production d'un film qu'il ne veut pas lui même réaliser malgrès que c'est lui qui trouve le sujet du film, une histoire d'amitié, pendant la révolution mexicain, entre un paysan et un révolutionnaire irlandais...Sans le label LEONE, ne serait-ce qu'à la production, personne veut du projet. Finalement SERGIO LEONE s'associe a UNITED ARTISTS. Et les problèmes commencent....Peter Bogdanovitch,le jeune cinéaste américain est vite renvoyé par LEONE, qui propose le film a SAM PECKINPAH. Sa " HORDE SAUVAGE (69)" un vrai western américain qui doit beaucoup aux films de LEONE. PECKINPAH accepte mais a quelques jours du tournage prévu, SERGIO LEONE apprend que les acteurs ne feront le film que si c'est lui qui le réalise. Pris au piège, ou il refuse, ou il le réalise en mettant en garde ses acteurs de ne pas lui demander ce qu'il va tourné le lendemain et pour cause il doit réécrire complètement le scénario et ce film est " IL ÉTAIT UNE FOIS LA RÉVOLUTION".Pour LEONE aucune chance de parvenir a une réussite aussi éclatante que IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L'OUEST. Malgré l'amertume qui baigne le film, le ton générale nettement plus léger que celui de ses précédent et en dépit de ses imperfections,son sixième film est loin d'être un faux pas dans sa carrière. C'est son film le plus drôle et le plus divertissant, ce qui lui vaut a sa grande surprise un succès public et les plus belles critiques de sa carrière. SERGIO LEONE réalise cinq western, mais cette fois c'est le dernier et d'ailleur pour la première fois le héros JAMES COBURN apparaît non a cheval mais a moto, le western est mort, pour SERGIO LEONE en tout cas.IL ne veut plus réaliser un western. mais son rêve " THE HOODS"il va en rêver encore douze ans.De 1972 à 1979, il va produire quatre films,sans les réaliser

                                                                       

                                                                               

 

Le premier sera le seul a avoir du succès MON NOM EST PERSONNE (1972) LEONE organise la rencontre de  HENRY FONDA et TERENCE HILL.  "Grâce a ses succès SERGIO LEONE était a l'abri du besoin. Aujourd'hui avec sa filmographie, ces douze années sans films laissent un sentiment de gâchis au vu de son immense talent mais lorsque ..........En mai 1984 quand " IL ÉTAIT UNE FOIS EN AMÉRIQUE " est projeté pour la première fois en public, au festival de cannes,il est reçu comme un film testamentaire pour les cinéphiles. Les flamboyances  stylistiques d' IL ETAIT UNE FOIS DANS L'OUEST ont disparu, et le style de LEONE, ainsi épuré, atteint la perfection. Tout le film est bourré de flash-backs les plus complexes, on y retrouve à la puissance milles, la noirceur et la violence, dans lesquelles ont baigné tous ces films, mais là, il n'y a plus de cynisme. Juste du désespoir. C'est un film magistral, déchirant. Avec l'accord de ROBERT DE NIRO, LEONE envisagé de faire jouer trois acteurs pour leurs âges. Mais LEONE remis tout en question car la structure très complexe du film, qui mélange les époques, le rêve et la réalité avec une maestria incroyable, aurait probablement été trop lourde et trop compliquée, voire impossible a suivre avec plusieurs acteurs a suivre par rôle et puisque il avait le meilleur acteur au monde et qu'il pouvait très bien jouer NOODLESS a trente ans et a soixante ans...............

Sans cela, le film ne serait peut-être pas ce qu'il est devenu mais ce n'est qu'au dernier moment qu'il a fait le choix essentiel qui lui a permis de réaliser son rêve .

Aujourd'hui " IL ÉTAIT UNE FOIS EN AMÉRIQUE "est bien sur un film culte pour des millions de cinéphiles. Mais il est loin d'avoir a sa sortie le succès espéré. les nouvelles générations arrivaient et ne connaissait même pas qui était SERGIO LEONE (comme moi a l'époque) et les fans de " IL ETAIT UNE FOIS DANS L'OUEST " n'allaient plus au cinéma depuis bien

 

 

                                                                       

il-etait-une-fois-en-amerique-leone11

 

il-etait-une-fois-en-amerique-leone8

                                                                               

il-etait-une-fois-en-amerique-leone32

                                                                           

il-etait-une-fois-en-amerique-leone33

 

il-etait-une-fois-en-amerique-leone29

longtemps. Le film lui était très attendu par les critiques et en plus le film duré quatre heures, mais ramené a trois heures quarante, et c'était un film noir , très complexe et peu spectaculaire disait les critiquez, cela même qui hier crier au génie quelques années plus tard. Au fil des semaines le film connu un succès honorable. Les américains ont refuser la copie livrer par LEONE et lui ont enlever 1 h 25 le remontant totalement pour suivre l'ordre chronologique de l'histoire. Un assassinat pur et simple qui s'est évidemment  solder par un échec public sans appel.

Rappelons que cela est arriver a un très grand génie du cinéma et non au premier réalisateur venu

D'ailleurs il faudra revenir au début de sa carrière pour avoir était assez naïf pour " une poignée de dollars " ou la encore ses producteurs peu scrupuleux ne lui paya même pas son cachet de réalisateur Italien. lui qui de " POUR UNE POIGNÉE DE DOLLARS A  IL ÉTAIT UNE FOIS EN AMÉRIQUE , SERGIO LEONE n'a jamais cessé de travailler sur les mythes américains, de penser a l'Amérique.

IL est même arriver à la conquérir, en renouvelant complètement ,le genre le plus Américain possible, "LE WESTERN" et c'est l'Amérique qui a fini par le poignarder. Ceci montrant que le public Européen était le plus sophistiquer a comprendre un film, mais un doute subsiste quand au film. SERGIO LEONE dira ceci : Pendant que NOODLESS rêve comment sa vie pourra être, et qu'il imagine son futur, il me donne la possibilité à moi, metteur en scène Européen, de rêver a l'intérieur du mythe Américain. Et c'est cela la combinaison idéal. On marche ensemble. NOODLESS avec son rêve, et moi avec le mien. Ce sont nos deux poèmes qui fusionnent. Car, en ce qui me concerne, NOODLES n'est jamais sorti de 1933.IL rêve tout. Tous le film est le rêve d'opium de NOODLESS à travers lequel je rêve les fantômes du cinéma et du mythe américain.

Chacun se fera son idée sur ce chez d'oeuvre impérissable et qui nous éblouit par son sens inouï sens narrative et ses incessant flash-back qui nous transportent sur un film éblouissant de grandeur jamais égalé et sur tout le cinéma Américain tels les films de RAOUL WALSH. MICHAEL CURTIZ. WILLIAM WELLMAN. Les fables de CHARLIE CHAPLIN. CITIZEN KANE. LE Théâtre chinois de LA DAME DE SHANGAI D'ORSON WELLES et des rivalité de RUE SANS ISSUE de WILLIAM WILLER. .......Tout les films qui ont fait aimer le cinéma Américain A SERGIO LEONE. IL LEUR A RENDU HOMMAGE AVEC CE CHEZ D'OEUVRE

 

IL ÉTAIT UNE FOIS EN AMÉRIQUE Bande Annonce (Version Intégrale 2015)